La gratitude au quotidien… C’pas compliqué tsé!

Il y a quelques semaines, j’ai subi une intervention médicale mineure. Oh, rien de grave. Ne vous en faites surtout pas! Après coup, je peux maintenant la qualifier de pacotille! Néanmoins, cette situation m’a fait vivre de l’angoisse, un stress quasi incontrôlable et, faut dire les choses comme elles ont été : une humeur de marde!

Ce qui est étrange, c’est qu’à partir du moment où la préparation de l’intervention a débuté, j’ai soudainement été en mesure de lâcher prise sur les peurs qui me tracassaient depuis quelque temps. Peur des complications suite à l’intervention, peur de ce qu’on allait découvrir, peur du résultat final… Pour une raison que j’ai encore de la difficulté à expliquer aujourd’hui, ma tête ne cessait de me dire : « Tu as fait tout ce que tu pouvais pour que ça se passe bien. Maintenant, c’est au médecin à faire sa job ». Je peux vous jurer que ce type d’affirmation libératrice-foul-zen, ça m’arrive très rarement d’en avoir… à mon grand malheur d’ailleurs!

Quand l’intervention s’est terminée, j’ai senti monter en moi une vague de gratitude assez difficile à expliquer. Pas le genre de gratitude comme dans les films hollywoodiens où le personnage médite assis en indien, sur le haut d’une montagne avec vue époustouflante, le vent dans les cheveux en s’écriant : « Je remercie Dieu, l’Univers et la vie de m’avoir donné cette chance inespérée de V-I-I-I-V-R-E! ». Ne-non là! J’étais à des kilomètres de ce genre de démonstration pimpante dénudée de sens…

Étendue en p’tite jaquette d’hôpital sur ma civière dans la salle de réveil, j’étais heureuse que l’infirmière toute de bleu vêtue me demande si j’allais bien. Elle semblait réellement se préoccuper de mon état : c’était beaucoup plus qu’un simple travail qui lui permettait de payer ses factures, ça paraissait dans sa voix réconfortante. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

Assise sur ma civière, toujours en p’tite jaquette d’hôpital, avec le génie mêlé comme un jeu d’cartes à cause des sédatifs, j’étais soulagée que le médecin m’apprenne, tout en me caressant la main comme l’aurait fait mon père, que les résultats de l’intervention étaient positifs et que je n’avais plus à m’inquiéter pour un bout. Ce geste et ces paroles d’encouragement, aussi banals puissent-ils paraître, m’ont fait réaliser qu’il fallait toujours avoir confiance en la vie, peu importe l’épreuve qu’on devait surmonter. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

Quand ma période de réveil s’est terminée et que j’ai obtenu mon congé, bien assise dans le véhicule de mon chum, je l’ai remercié de s’être absenté du travail pour me soutenir dans cette situation. Même si, selon lui, c’était naturel et normal de le faire, j’étais consciente que toutes les femmes n’avaient pas ma chance. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

Rendue à la maison, après 36 heures de diète liquide, j’étais ravie de croquer dans une pomme juteuse à souhait. Ce fruit, si peu exotique et trop souvent sélectionné en dernier recours, comblait sur le coup l’un de mes besoins vitaux. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

L’après-midi de cette même journée, ayant toujours le génie mêlé comme un jeu d’cartes, je me sentais privilégiée que ma p’tite bête #2 me flatte les cheveux tout doucement, lorsque j’étais allongée sur le divan. Cette marque d’affection, accompagnée du commentaire : « J’suis content que ça se soit bien passé Maman! J’aime pas ça quand t’es malade! », m’ont prouvé à quel point j’avais de l’importance dans sa vie. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

Après le souper de cette journée, j’étais estomaquée de voir que ma p’tite bête #1 s’occupait de la vaisselle sans émettre aucun cri de lamentation. Ce geste d’empathie, si délicat et si inattendu de sa part, m’a atteinte en plein cœur. À ce moment, je me suis sentie reconnaissante.

Le soir venu, quand je me suis couchée dans le lit douillet de ma chambre à moitié rénovée, emmitouflée dans mes couvertures chaudes qui ne matchent pas avec la couleur des murs et au son régulier du ronflement de truck de mon chum, j’étais reconnaissante d’être en santé. Tout simplement. Être en santé. Ce luxe que plusieurs personnes de mon entourage se sont vues enlevées au fil des années. Eh bien moi, ne me demandez pas pourquoi, la vie consentait encore à me l’offrir.

Malgré la décoration très imparfaite de ma chambre. Malgré le ronflement quelque peu dérangeant de mon chum. Malgré ma repousse de cheveux qui devenait inévitablement de plus en plus grise. Malgré mon muffin top qui tenait mordicus à rester accroché à moi. Malgré les vergetures sur mon ventre. Malgré mon porte-monnaie qui se vidait à vue d’œil. Malgré mon nombre d’années de vie sur cette planète qui se voyait de plus en plus sur mon visage. J’étais RECONNAISSANTE. Reconnaissante d’avoir la chance de vivre ces petites parcelles de vie quotidienne.

Et là, au moment précis où j’ai fermé les yeux , j’ai ENFIN compris que c’était ça, éprouver de la gratitude au quotidien. Je n’étais pas obligée de faire une retraite fermée de 3 semaines en Inde pour être reconnaissante. Encore moins de tout laisser tomber derrière moi pour faire de l’humanitaire dans les pays en voie de développement. Seulement apprécier ce que j’avais, à chaque jour qu’on m’offrait en cadeau : c’était ÇA, éprouver de la gratitude. Tout simplement. C’pas compliqué tsé! 😉

Publicités

Un avis sur “La gratitude au quotidien… C’pas compliqué tsé!

  1. Tu es une écrivaine hors paire ma belle!!! J’en ai eu les larmes aux yeux!!! C’est vrai qu’on ne se rends pas toujours compte de la chance qu’on a de vivre !! Je suis fière que tu sois ma petite soeur!! Je t’aime tant. Xoxo

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s