Maud Ankaoua, cette femme sans égale!

Cette semaine, j’ai eu l’immense privilège de m’entretenir avec Maud Ankaoua, célèbre auteure du roman Kilomètre Zéro, publié aux éditions Édito. Pour celles qui n’auraient pas encore eu le bonheur de lire ce roman, voici le résumé apparaissant sur le site web de la maison d’édition :

L’univers de Maelle est réglé au quart de tour, principalement régi par son poste de directrice des finances d’une jeune entreprise aux ambitions internationales, et par les quelques heures hebdomadaires passées sur un tapis roulant pour y brûler son stress permanent. Elle ne vit que dans l’action et le contrôle, n’a pas de temps pour les loisirs ou les relations sociales, et encore moins pour l’amour. Elle a déjà donné, merci !

Jusqu’au jour où Romane, sa grande amie qu’elle n’a cependant pas vue depuis un an, la contacte en exprimant le besoin urgent de la rencontrer. Romane lui confie le drame qu’elle vit, et une mission que Maelle seule peut remplir pour lui sauver la vie.


Lestée du poids de cet engagement, Maelle s’envole à contrecœur vers le Népal pour y faire l’ascension des Annapurnas et récupérer ce qu’elle est venue chercher. Mais rien ne se passe comme elle l’avait prévu… À travers des expériences étonnantes et des rencontres riches de sens, elle va, pas à pas, changer son regard et son attitude sur la vie, choisir de laisser faire l’univers et s’ouvrir à un phénomène unique : l’émerveillement du moment présent.

C’est donc en toute simplicité et « le cœur bien au chaud dans la tempête » que Maud a accepté de répondre à mes questions, quelques jours seulement après son passage des plus remarqués à l’événement Honorer la vie, organisé par Christine Michaud au Palais des Congrès de Montréal le 23 février dernier :

Maud, ce roman est inspiré de votre cheminement personnel. Qu’est-ce qui vous a motivée à transformer une partie si importante de votre vie en récit initiatique?

Tout part d’une envie insatiable d’écrire. J’étais rendue à un point dans ma vie personnelle et professionnelle où je souhaitais rédiger quelque chose afin de le partager à mes proches. Comme je suis une grande voyageuse et que je crois que cette activité ouvre le cœur, j’ai pris la décision d’écrire sur l’une de mes aventures de voyage, tout simplement à l’intention des gens que j’aime. C’est ainsi qu’à la fin de la rédaction, je l’ai offert à mes amis qui eux, à leur tour, l’ont offert à leurs amis, et ainsi de suite jusqu’au moment où mon récit a capté l’attention de mon éditeur français, qui l’a publié officiellement.

Wow! L’histoire de l’édition de ce roman n’est vraiment pas banale, voire même inattendue!

Vous savez, je crois que lorsqu’on concentre son intention sur quelque chose, l’énergie suit et fait en sorte que des événements inattendus comme celui-ci se produisent.

Le Népal n’est pas un endroit des plus à la mode pour se ressourcer. Personnellement, qu’est-ce qui vous a attirée vers ce pays?

Ce pays possède une culture très particulière, avec une religion (le bouddhisme) très forte. Si forte qu’elle représente beaucoup plus qu’une religion : c’est une véritable philosophie de vie. C’est donc ce qui m’a attirée à cet endroit. J’y suis allée à deux reprises d’ailleurs! Dans le roman, tous les lieux décrits sont réels et découlent de mes voyages personnels, tout comme certains personnages également. Le récit a été, en quelque sorte, une façon pour moi de rendre hommage à cet endroit et aux voyages que j’y ai faits.

Au début de votre carrière, rien ne vous prédestinait à devenir l’écrivaine célèbre que vous êtes aujourd’hui. Vous possédez une solide formation en finances internationales ainsi qu’en sciences po. Vous avez par la suite fait partie des têtes dirigeantes de grandes entreprises. Comment ces bagages et expériences antérieurs ont-ils influencé votre façon d’écrire?

Je crois fermement que nous sommes toujours au bon endroit, peu importe où nous sommes. Les hauts et les bas font partie de notre apprentissage : ils nous permettent de grandir. Lorsque je dirigeais les entreprises, mon principal souci était de trouver des méthodes pour rendre les employés heureux, car c’est par la joie et l’innovation que la créativité émerge. Ces expériences m’ont donc énormément aidée à découvrir qui je suis et à connaître mes véritables intérêts comme les relations humaines.

Dans votre roman, l’ascension de la montagne est très forte, très significative. Que représente-t-elle à vos yeux exactement?

L’ascension signifie la descente en soi. C’est la réussite en d’autres termes! C’est ce qui nous réconcilie à notre entièreté, à notre être. Mais vous savez, on n’a pas à partir aussi loin pour se retrouver : une profonde descente en soi suffit amplement!

Votre définition du bonheur a certainement changé à la suite de ces bouleversements dans votre vie. Qu’est-ce qui vous rend heureuse désormais?

Oui, ma définition du bonheur a changé. Aujourd’hui, pour moi, le bonheur, c’est le partage. C’est offrir aux autres qui nous sommes réellement, car nous avons tous quelque chose de différent à offrir. C’est aussi grandir ensemble. C’est ce qui me fait courir le matin : me découvrir et être moi-même! La définition du bonheur change également lorsque la vision de nos rôles de femme, mère, amie et salariée changent. En somme, le bonheur est un état d’esprit. Comme je le disais en conférence la fin de semaine dernière, je compare souvent l’état du bonheur à un électrocardiogramme : il peut avoir des hauts et des bas, mais il ne doit jamais être en ligne droite, car nous ne serions plus là! Pour être heureux, il faut simplement accepter ses hauts et ses bas!

Les pensées positives sont-elles omniprésentes dans votre quotidien?

Bien sûr! Pour ma part, je commence toutes mes matinées en faisant des lectures aléatoires de pensées d’inspiration. Notre cerveau est conditionné par notre égo, ce qui fait qu’il penche naturellement vers des idées négatives. En lisant ces pensées au hasard, je reprogramme mon cerveau à être positif.

Ce fut un véritable bonheur de vous parler! Vraiment, vous êtes inspirante! Peut-on espérer vous lire à nouveau sous peu?

Oui! Je peux vous dire que mon deuxième roman est déjà terminé! Ce ne sera pas la suite de Kilomètre Zéro : l’histoire se déroulera dans un autre lieu, avec des personnages différents. Il sera toutefois dans le même créneau et abordera certains événements qui sont véritablement survenus dans ma vie depuis l’écriture du premier roman et ce, jusqu’à maintenant. Il fera mention de tout le chemin parcouru depuis, et de ce qui m’a personnellement permis d’avancer. Le premier roman, je l’avais écrit pour mes amis, tandis que mon deuxième roman, je l’ai écrit pour mes lecteurs, pour leur partager encore un peu de mes expériences.

Un ÉNORME merci à Maud Ankaoua pour ce délicieux moment, ainsi qu’à Sandrine Martinez et à la maison d’édition Édito, qui m’ont donné carte blanche afin de diriger cette entrevue.

Vous pouvez vous procurer l’excellent roman Kilomètre Zéro dans toutes les bonnes librairies!

Source de la photo : Site web d’Édito

2 commentaires sur “Maud Ankaoua, cette femme sans égale!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s